Welcome to © CNOBSF LASOURCE DES INFORMATIONS RENTABLES : COMMERCE NOLIMIT ORIGINAL _ BUSINESS SANS FRONTIèRES _ LA SOURCE DES INFORMATIONS RENTABLES ... ORGANISATION INTERNATIONALE _ PRESTATAIRE DE SERVICES DE CONSEILS PRATIQUES FORMATIONS ET ACCOMPAGNEMENT   Click to listen highlighted text! Welcome to © CNOBSF LASOURCE DES INFORMATIONS RENTABLES : COMMERCE NOLIMIT ORIGINAL _ BUSINESS SANS FRONTIèRES _ LA SOURCE DES INFORMATIONS RENTABLES ... ORGANISATION INTERNATIONALE _ PRESTATAIRE DE SERVICES DE CONSEILS PRATIQUES FORMATIONS ET ACCOMPAGNEMENT

COMMENT RÉUSSIR SA PRODUCTION ET SA COMMERCIALISATION DE LA VIANDE DE PORC GRÂCE AU BON CHOIX DU SITE D’ÉLEVAGE

Home / SERVICES / SERVICES AGRO / SYLVO / PISCICO / PASTORAUX / SERVICES AGRO / SYLVO / PISCICO / PASTORAUX / PRODUCTIONS ANIMALES / S-ASPP-PORC / COMMENT RÉUSSIR SA PRODUCTION ET SA COMMERCIALISATION DE LA VIANDE DE PORC GRÂCE AU BON CHOIX DU SITE D’ÉLEVAGE

COMMENT RÉUSSIR SA PRODUCTION ET SA COMMERCIALISATION DE LA VIANDE DE PORC GRÂCE AU BON CHOIX DU SITE D’ÉLEVAGE


LE BON CHOIX OU LE BON AMÉNAGEMENT D’UN SITE D’ÉLEVAGE

De nombreux éleveurs paysans et producteurs du Cameroun en particulier et d’autres environs d’ailleurs ne prennent pas sérieusement en compte l’activité technique du bon choix ou du bon aménagement de leur site d’élevage. En effet ils ignorent que cette négligence est souvent la cause des échecs qu’ils rencontrent dans la conduite de leurs élevages. Toutes ces négligences ont pour conséquences que les rendements soient comparables aux résultats de jeux de hasard, ce qui occasionne des bilans négatifs, synonymes d’échec considérable. Le pire dans cette situation désespérée est que ces paysans ne s’en plaignent pas eux même, parce qu’il pratique encore un élevage de consommation ou de subsistance. IL est donc indispensable de vulgariser les données informatives susceptibles de venir en aide aux paysans et aux producteurs, à savoir: les caractéristiques normales d’un meilleur site d’élevage d’animaux domestiques en général et des porcs en particulier.

Ce cours constitue une introduction au cycle de production de la viande de porc, il s’agit ici de la toute première activité (première étape) du cycle de production (itinéraire technique de production) de la viande de porc.

Il a pour rôle de démontrer comment la réussite de l’activité de choix ou de l’aménagement de son du site est capitale pour améliorer le rendement de l’élevage et favoriser un bilan positif du cycle de production de la viande.

Nous noterons que cette activité se pratique aussi bien dans tous les projets d’élevage, que d’agriculture, ou de pisciculture.

Nous pouvons vous assurer que si vous négliger cette étape, vous avez déjà ouverts la voix à l’échec de votre investissement et il ne vous reste plus qu’à prier, or faire l’élevage ce n’est pas prier, mais c’est essayer de bien prévoir les bénéfices que nous devrons avoir pour toujours essayer de les améliorer.

Il s’agira pour chaque lecteur et destinataire d’acquérir la compétence de la maitrise complète et totale de l’activité de choix et d’aménagement d’un site d’élevage.

Pour cela chaque lecteur et destinataire devra donc s’approprier que :

Pour les pays tropicaux, où le milieu extérieur constitue une énorme source de parasites, le mode d’élevage pratiqué à proximité immédiate des habitations n’exclue toujours pas des possibilités d’infestations importantes. Cependant, les conditions d’élevage des porcins influent directement sur le type de parasitisme dominant. La conduite au pâturage favorise les infestations à Hyostrongylus et dans une moindre mesure à Oesophagostomum. Les terrains humides et boueux sont les zones de prédilection pour la transmission de Globocephalus et de Strongyloides tandis que l’élevage en paddock fermé sur terre conduit à un parasitisme à base d’ascaris et de trichures. Enfin, les spirures sont susceptibles d’être rencontrées dans tous les modes d’élevage y compris l’élevage en dur. (Beugnet, 1992, Lefevre, 2003, Chartier et al. 2000). Certaines conditions favorisent l’infestation et d’autres facteurs augmentent la réceptivité et la sensibilité des animaux : hygiène générale de l’élevage ; les conditions climatiques avec en particulier des pics d’infestation au moment de la saison humide (pullulement des strongles) et en fin de saison sèche quand les animaux sont affaiblis. Une surexposition au soleil est aussi nocive pour le porc, car elle entraîne une forte déshydratation de la peau. Les porcs albinos supportent d’autant mal le soleil que leur peau manque de pigment et risque donc d’être brûlée. Ces deux facteurs montrent l’importance de l’ombre pour le cochon. En logeant le porc, le facteur climatique principal est la température. La température ambiante va influencer sa température corporelle : il va essayer de la contrôler en fonction de la température de son habitat. La température corporelle du porc est un facteur essentiel dans son développement. Il arrive que, suite à un dérèglement du mécanisme de régulation de la température, celle-ci atteigne plus de 40 degrés chez un animal malade. Si la température monte au delà de 41 degrés, l’animal meurt. Il en est de même si la température corporelle baisse trop. Vu la nécessité de nettoyer la porcherie et d’assurer l’approvisionnement en eau, il est conseillé de la construire pas trop loin d’un point d.eau.

Réussir l’activité de choix et d’aménagement d’un site d’élevage, reviens donc à choisir :

  • Un site de faible surexposition au soleil;
  • Un site construit par exemple à l’ombre d’un groupe d’arbres qui absorberont une bonne partie de la chaleur, dans les régions chaudes en générale;
  • Un site où on ne pratique pas le pâturage pour conduire les animaux;
  • Un site dont le sol n’est pas humide et boueux;
  • Un site désinfecté ou à l’abri des parasites et ravageurs qui sont des sources de certaines maladies qui peuvent demander d’énormes dépenses à l’éleveur pour être soignées. D’autres maladies peuvent  causer la mort des animaux contribuant ainsi à des pertes financières considérables et imprévues qui influencent très négativement les rendements;
  • Un site à l’abri ou éloigné d’au moins plus de 50 m d’un autre site d’élevage souvent source de contamination pour le nouveau site;
  • Un site à l’abri des animaux sauvages, parce que les animaux sauvages sont souvent non seulement des prédateurs,  mais aussi d’énormes sources de maladies contribuant à des dépenses financières imprévues considérables qui influencent négativement les rendements;
  • Un site à l’abri d’autre animaux tels que le chien, le rat, le chat, les volailles, etc. à l’intérieur de la ferme;
  • Un site distant d’au moins 50m des autres bâtiments d’élevage;
  • Un site Isoler et entourer d’une barrière solide de 1,80m de haut pour délimiter le périmètre de la ferme;
  • Un site éloigné des abords d’une route, d’un chemin de fer ou d’une voie à grande circulation;
  • Un site à proximité d’un cours d’eau. Car l’eau est d’une importance capitale pour  le bien être des animaux qui ont souvent besoin de se rafraichir étant donné que leur température interne moyenne est déjà d’environ 38,5°C et qu’ils ne transpirent pas ; l’équilibre nutritionnel des animaux, le nettoyage et la désinfection des loges et de leur contenu qui est une activité qui doit se pratiquer tous les jours. En absence d’eau la croissance des animaux est ralentie ce qui affecte le rendement compte tenue que le retard de maturité du rendement carcasse de viande charcutière va causer l’augmentation de la quantité d’aliment qui était prévu pour l’élevage contribuant ainsi à des dépenses financières inattendues considérables influençant négativement les rendements;
  • Un site aéré avec une ventilation aérienne efficace (versant des montagnes :sanscourants d’air, sans plein soleil et pluies battantes) sachant que les températures idéales pour les porcs sont respectivement : porcelets âgés d’un jour 35°C; porcelets jusqu’à l’âge de 7 jours 30°C; porcelets jusqu’à l’âge de 8 semaines 28°C – 20°C; animaux jusqu’à 90 kg 18°C – 22°C;
  • Un site sécurisé, à l’abri des prédateurs et des voleurs, c’est-à-dire, soit à proximité de l’habitat de l’éleveur qui assure la sécurité par sa présence, soit avec des loges sécurisés par un aménagement du matériels de sécurités des constructions, ou soit un site qui a un gardien de porcherie ou d’exploitation avec ou sans chien de garde.

 

 

¤ N'HÉSITEZ SURTOUT PAS DE PARTAGER LES " INFORMATIONS RENTABLES DE CNOBSF _ LASOURCE _ CM " AVEC TOUTES PERSONNES PHYSIQUES OU MORALES QUI EN SERAIENT TRèS CERTAINEMENT PLUS OU MOINS INTÉRESSÉES ! ¤
fr Français
X
×
error: Content is protected !!
Click to listen highlighted text!