Welcome to © CNOBSF LASOURCE DES INFORMATIONS RENTABLES : COMMERCE NOLIMIT ORIGINAL _ BUSINESS SANS FRONTIèRES _ LA SOURCE DES INFORMATIONS RENTABLES ... ORGANISATION INTERNATIONALE _ PRESTATAIRE DE SERVICES DE CONSEILS PRATIQUES FORMATIONS ET ACCOMPAGNEMENT   Click to listen highlighted text! Welcome to © CNOBSF LASOURCE DES INFORMATIONS RENTABLES : COMMERCE NOLIMIT ORIGINAL _ BUSINESS SANS FRONTIèRES _ LA SOURCE DES INFORMATIONS RENTABLES ... ORGANISATION INTERNATIONALE _ PRESTATAIRE DE SERVICES DE CONSEILS PRATIQUES FORMATIONS ET ACCOMPAGNEMENT

COMMENT REUSSIR SON INVESTISSEMENT EN PRODUCTIONS ANIMALES DE PORCS GRACE A LA MISE EN OEUVRE D’UNE MEILLEURE STRATEGIE DE GESTION DES TECHNIQUES DE COMMERCIALISATION DES PRODUITS DU COCHON ET DE SES DERIVES

Home / SERVICES / SERVICES AGRO / SYLVO / PISCICO / PASTORAUX / SERVICES AGRO / SYLVO / PISCICO / PASTORAUX / PRODUCTIONS ANIMALES / S-ASPP-PORC / COMMENT REUSSIR SON INVESTISSEMENT EN PRODUCTIONS ANIMALES DE PORCS GRACE A LA MISE EN OEUVRE D’UNE MEILLEURE STRATEGIE DE GESTION DES TECHNIQUES DE COMMERCIALISATION DES PRODUITS DU COCHON ET DE SES DERIVES

COMMENT REUSSIR SON INVESTISSEMENT EN PRODUCTIONS ANIMALES DE PORCS GRACE A LA MISE EN OEUVRE D’UNE MEILLEURE STRATEGIE DE GESTION DES TECHNIQUES DE COMMERCIALISATION DES PRODUITS DU COCHON ET DE SES DERIVES


 

GENERALITE

Dans la filière porcine, le circuit de distribution des produits d’élevage de porc est encore mal structuré pour permettre l’écoulement facile du produit et ses dérivés. Malgré une spécialisation des acteurs à tous les niveaux, l’organisation matérielle de la distribution du porc ne permet pas d’assurer une meilleure adéquation aux conditions du marché ainsi que de bonnes conditions d’hygiène nécessaires aux échanges. Les organisations de producteur ne maitrisent pas l’enregistrement des données de coût de production et de rentabilité. Hors ces évaluations sont  pour apprécier, maintenir, améliorer ou changer complètement de stratégie commerciale: afin de toujours générer le plus de revenus possible.  

 

A.TECHNIQUE DE GESTION COMMERCIALE DES PRODUITS DE L’ELEVAGE

 

  I. LE TRAVAIL COOPERATIF

Ici il sera question pour les membres des organisations de producteurs ou organisations de producteur entre elles de mettre l’accent sur une meilleure coopération. En effet ils devront développer  au sein de leur organisation ou groupe d’organisation, une volonté collective et la capacité de faire les choses ensemble, en interagissant dans un but commun, en se partageant les tâches et en tentant d’éviter les conflits.

 

                     II.     LA CHAINE DE VALEUR DE LA  VIANDE DE PORC

Elle représente la valeur ajoutée au produit au cours de son évolution depuis sa phase de production jusqu’à sa consommation, y compris l’élimination des déchets (ex: déchets carnés). Pour cela l’Organisation de producteur doit  maitriser l’ensemble des activités nécessaires pour mener un produit à travers différentes phases de sa production à sa distribution aux consommateurs finaux, puis à sa destruction après utilisation (Exemples de valeur ajoutée: transformation, transport, emballage)

 

 

 

                        III.     LA CREATION DE MARCHE

a)  COMMERCIALISATION DU PORC

Le dernier stade de toute production, en particulier de la production porcine est la vente des produits finis (vifs ou transformés). Le producteur, quelle que soit l’importance qu’il envisage donner à son exploitation, doit de prime abord trouver de solution à la question fondamentale de l’existence de marchés assurés et à prix adéquats pour les animaux, car la rentabilité potentielle de l’exploitation qui sans doute varie d’un pays à l’autre, d’une région à l’autre dans un même pays en dépend. Ainsi nécessaire est-il de cerner les réalités qui sont liées à la commercialisation du porc

 

(1)     SYSTEMES DE COMMERCIALISATION

(a)    SYSTEME DE VENTES PRIVEES

Système de vente à domicile. Les porcs sont vendus sur pieds pour un prix qui fait souvent l’objet de marchandage à des commerçants de porcs, des courtiers, des charcutiers, des consommateurs particuliers ou à d’autres éleveurs

(b)    SYSTEME DE VENTES PUBLIQUES

Dans ce système, les porcs sont conduits aux marchés, où ils sont vendus sur pieds, à la criée, au plus offrant. Il est surtout pratiqué par les marchands de porcs et les courtiers.

(c)    SYSTEME DE VENTES CONTRACTUELLES

C’est un système dans lequel les éleveurs ont la possibilité de passer un contrat avec un abattoir ou un centre moderne de transformation de porcs pour la livraison d’un certain nombre d’animaux à un prix donné sur une période déterminée. Ce système est destiné surtout aux élevages de grande taille et permet aux producteurs de planifier leur production à plus long terme. Il est très rarement pratiqué par les éleveurs, faute de centre moderne de transformation de porc.

 

(d)      SYSTEME DE VENTES DE PORCS TRANSFORMES

C’est un système dans lequel les animaux sont abattus et commercialisés sous forme de viande fraîche, frite et autres.

(2)    MARCHES PORCINS

(a)    CARACTERISTIQUES DES MARCHES PORCINS

La balance pèse bétail est quasi absente dans ces marchés, car non acceptée par les commerçants qui préfèrent les achats au juger.

(b)    OFFRE DES MARCHES

L’approvisionnement en bêtes des marchés est assuré pour la plupart par les commerçants, les courtiers, les intermédiaires et dans une moindre mesure par les éleveurs. Le plus  souvent ils le font en cas de besoins financiers urgents à satisfaire.

  IV. L’ETUDE DE MARCHE

En ce qui concerne l’étude de marché il sera question pour l’organisation de producteur de faire  un travail de collecte et d’analyse d’informations ayant pour but d’identifier les caractéristiques du marché de porc ou de poulets. Il devra donc maitriser les différents circuits de commercialisation, la courbe d’évolution des  périodes d’écoulement et les acteurs (courtiers, commerçants, éleveur et autres) afin de réussir au mieux  son retour sur investissement.

 

a) Les circuits de commercialisation de la viande de porc

            Les principaux acteurs de la commercialisation du porc

Les restaurants des sous-quartier

   
   
Les restaurants modernes des villes Les fêtes et cérémonies
   
Les acteurs de la cuisson du porc au four, à la braise et les rôtisseurs
   
   
Les bouchers détaillants Les bouchers grossistes
les abattoirs (ou tueries artisanales) Anciens et nouveaux éleveurs sont souvent à la recherche de nouveaux meilleurs porcelets

Les propriétaires des chambre froide et de poissonneries constituent un énorme potentiel de partenaires stratégique dans le cycle de commercialisation des produits d’élevage.
Ces partenaires incontournables nous permettent de limiter nos dépenses sur l’aliment de notre troupeau arrivé à une certaine maturité commerciale.
Si nos produits d’élevages n’ont pas encore été vendus au propriétaire du matériel de conservation ou de la chambre froide proprement dite. En les conservant dans des grands frigidaires, des congélateurs ou  en chambre froide, seuls les couts de location du matériel servant à la conservation de nos produits, restent à évaluer et c’est de loin,  beaucoup moins couteux que les dépenses liés à l’alimentation journalière des animaux.
Les différentes poissonneries de nos villes, quartier et sous-quartier sont des importants cannaux pouvant nous permettre de mieux gérer l’après production. 

                        IV.     LA PROSPECTION ET /OU LA PROMOTION

La prospection consistera, pour une organisation de producteur à faire la promotion de son produits au près des cibles ou clients potentiels (appelés des prospects)  pour d’en faire des clients réels. C’est une étape stratégique dans le processus de développement d’une organisation cherchant à accroître son marché.

a)  Quelques méthodes de prospections

 

recherche d’une meilleure cible ou d’un marché lucratif

Développer les relations de contact (porte à porte)

création, gestion d’un carnet d’adresses et contacts prospects, fidélisation

prospection et promotion au cours des conversations avec la famille, les amis ou avec une personne quelconque

 

  v.  LE MARKETING

A cette étape,  l’Organisation de producteur devrait mettre en place  des actions dans le but de mieux connaître, de prévoir et, éventuellement, de stimuler les besoins des consommateurs de ses produits et services d’élevages. Elle devrait ainsi adapter sa production et sa commercialisation aux besoins ainsi précisés.  Elle peut même constituer ou nommer un service chargé de cette activité.

Attraction et fidélisation de la clientèle

 

VI. LE  TRANSPORT  ET LA VENTE GROUPES

Afin de limiter les coûts  des transactions commerciales les organisations des producteurs devront s’organiser  de manière  à développer et privilégier les dépenses collectives et diminuer les énormes coûts supplémentaires dus aux pratiques individualistes de transport, d’achat, de déplacement du vétérinaire, de la vente et de la fixation des prix.

 

                     VII.     MECANISMES DE FORMATION DU PRIX DU PORC

Sur le marché de la viande, les mécanismes de sa formation sont fonction de la nature du produit et des relations vendeur/acheteur. Ainsi, pour le porc sur pied, le prix est établi selon la politique d’équilibre concurrentielle basée sur la conformation de l’animal alors que celle de l’équilibre de rationnement est pratiquée pour la viande. Le principe de la vente au poids de la viande fraîche, bien que généralisé, subit des entorses multiples avec possibilités de fraudes sur les masses utilisées. Mais quel que soit le produit du porc, le prix est négocié par l’interaction libre du vendeur et de l’acheteur.

D’où la nécessité de passer par des organisations coopératives pour la vente et l’achat des produits sans lesquelles l’individu devient un “price-taker” (preneur de prix),

Le terme Price Taker (preneur de prix) fait en général référence aux marchés qui sont en concurrence pure et parfaite. Dans ce type de marchés les acteurs ne peuvent pas fixer les prix de leurs produits librement, ils doivent s’adapter au prix du marché et ce prix n’est pas figé dans le temps

a) Relations coûts/bénéfice

De manière générale, la distribution du porc procure des marges commerciales considérables à tous les niveaux du circuit (porc sur pied, viande fraîche et viande braisée) et sur tous les marchés.

 

        VIII. LES CONTRAINTES A LA DISTRIBUTION DU PORC

a) Organisation de la distribution du porc

Le manque d’organisations structurelle et fonctionnelle adéquates constitue un handicap grave au développement du marché du porc en particulier et donc, de la filière porcine en générale, car, il ne permet pas une véritable confrontation de l’offre et de la demande et un enchaînement logique de fonctions. L’absence d’infrastructures est très préjudiciable à la régulation du marché par la détermination du juste prix et une normalisation des transactions.

b) Les débouchés

Le manque des débouchés stables constitue un frein au développement de la production porcine. Des fluctuations saisonnières et relativement constantes sur le marché du porc sont liées aux habitudes alimentaires. Le point culminant (décembre-février) correspond à la période des fêtes de Noël et Nouvel An ainsi que des funérailles. La recherche des débouchés extérieurs pour une amélioration de la qualité du produit est également une nécessité impérieuse si l’on veut développer la production porcine

 

  IX.   CONCLUSION ET SUGGESTIONS

L’écart entre le coût de production d’élevage de porc et le prix taxé est imputable à l’augmentation de la marge bénéficiaire du commerçant. Or, l’intérêt des consommateurs et de l’économie tout entière serait au contraire qu’une saine concurrence puisse jouer à l’intérieur de chaque catégorie d’intermédiaires (grossistes, bouchers, rôtisseurs) afin de soutenir le revenu du producteur et améliorer la production. Outre la nature aléatoire des transactions, la faible vitesse de rotation du capital, ayant pour corollaire le manque d’une organisation adéquate du marché, des débouchés stables, du capital et d’une distribution sécurisée, sont apparemment à la base des diverses orientations des commerçants quant au choix de la meilleure spéculation.

¤ N'HÉSITEZ SURTOUT PAS DE PARTAGER LES " INFORMATIONS RENTABLES DE CNOBSF _ LASOURCE _ CM " AVEC TOUTES PERSONNES PHYSIQUES OU MORALES QUI EN SERAIENT TRèS CERTAINEMENT PLUS OU MOINS INTÉRESSÉES ! ¤
fr Français
X
×
error: Content is protected !!
Click to listen highlighted text!