Welcome to © CNOBSF LASOURCE DES INFORMATIONS RENTABLES : COMMERCE NOLIMIT ORIGINAL _ BUSINESS SANS FRONTIèRES _ LA SOURCE DES INFORMATIONS RENTABLES ... ORGANISATION INTERNATIONALE _ PRESTATAIRE DE SERVICES DE CONSEILS PRATIQUES FORMATIONS ET ACCOMPAGNEMENT   Click to listen highlighted text! Welcome to © CNOBSF LASOURCE DES INFORMATIONS RENTABLES : COMMERCE NOLIMIT ORIGINAL _ BUSINESS SANS FRONTIèRES _ LA SOURCE DES INFORMATIONS RENTABLES ... ORGANISATION INTERNATIONALE _ PRESTATAIRE DE SERVICES DE CONSEILS PRATIQUES FORMATIONS ET ACCOMPAGNEMENT

COMMENT RÉUSSIR SON ÉLEVAGE GRÂCE AU MEILLEUR CHOIX DE LA RACE DE PORC

Home / SERVICES / SERVICES AGRO / SYLVO / PISCICO / PASTORAUX / SERVICES AGRO / SYLVO / PISCICO / PASTORAUX / PRODUCTIONS ANIMALES / S-ASPP-PORC / COMMENT RÉUSSIR SON ÉLEVAGE GRÂCE AU MEILLEUR CHOIX DE LA RACE DE PORC

COMMENT RÉUSSIR SON ÉLEVAGE GRÂCE AU MEILLEUR CHOIX DE LA RACE DE PORC



GÉNÉRALITÉ

De manière générale pour faire le choix économique d’un porcelet ou d’un porc, il faut se renseigner sur les génotypes de ses parents

 Une bonne truie est celle qui donne une descendance nombreuse, saine, et vigoureuse, arrivant au sevrage en grand nombre et en parfaite condition.

  • Entre une truie qui a donnée en 03 portées, 09 porcelets en moyenne par portée et celle qui a donnée en trois portées 07 porcelets en moyenne, celle de 09 porcelets est la plus prolifique est la plus intéressante et la plus prolifique.
  • Entre deux truies ayant mis bas un même nombre de porcelets, les deux lots de petits étant d’un poids à peu près égal, celle dont les petits au bout de 3 semaines sont les plus vigoureux, les plus lourd, celle là en général, produit beaucoup plus de lait. Ces une bonne laitière, ses petits grandissent plus vite. (Plus la truie produit du lait, plus les petits sont vigoureux. Le poids du porcelet à 03 semaines est en corrélation étroite avec la quantité de lait produite par la truie, le lait constitue la seul nourriture du porcelet jusqu’à 15 à 20 jours).
  • Dans les locaux bien aménagés, au bout de 3 semaines, une truie qui perd 8 petits sur 10 alors que sa congénère n’en a perdu que un sur 10, cette truie là est moins bonne mère que la deuxième. Il s’agit ici d’une qualité maternelle.
  • Quand nous achetons une truie ou quand nous la sélectionnons, nous devons veiller à ce que se soit un animal sain. En outre, nous devons éviter les individus venant d’un élevage caractérisé par:
    • la Foetophagie (caractère irréversible).
    • Des cas de lactation insuffisante;
    • Un faible nombre de porcelets par portée, à la naissance et au sevrage;
    • Conformation : existence des tétines supérieures ou égale à 6.

 

POUR TOUT DIRE :

Avant de choisir un porcelet, il faut vous assurer qu’il provient d’un croisement qui a réuni le plus de bonne qualité héréditaire possible notamment :

POUR LA MÈRE (TRUIE) : CARACTÈRES TRANSMIS PAR LA TRUIE MÈRE ET QUI INFLUENCENT PARTICULIÈREMENT LES CARACTÉRISTIQUE DE SA DESCENDANCE

  • Bonne fécondité;
  • Bonne prolificité;
  • Bonne laitière;
  • Bonne mère;
  • Caractéristique physique : long moyen / par opposition à courte et trapues.

POUR LE PÈRE (VERRAT) : CARACTÈRES TRANSMIS PARLE PÈRE (VERRAT) ET QUI INFLUENCENT PARTICULIÈREMENT LES CARACTÉRISTIQUE DE SA DESCENDANCE

  • Meilleur développement musculaire (la quantité de viande qu‘on peut trouver sur un animal abattu par rapport à son poids vif un animal qui a poussé très vite)
  • Très faible rendement de graisse. (S’il est une masse de graisse, n ‘est intéressant ni pour le boucher qui achètera plus de graisse que de viande, ni pour le Consommateur qui dans son assiette trouvera une petite noix de viande noyée dans une masse de graisse, ni pour l’éleveur qui trouvera difficilement à vendre son produit.
  • La durée de l’engraissement
  • L’indice de consommation (la quantité totale d’aliments consommés pendant l’engraissement. Le souhait de tout éleveur étant de produire le maximum de viande pour un minimum d’aliment consommé)

 

PRÉAMBULE.

Sus scrofa domesticus (littéralement un « sanglier domestique ») est une sous-espèce du sanglier sauvage (Sus scrofa). C’est un mammifère domestique omnivore de la famille des porcins, ou suidés. Appelé porc (du latin porcus) ou cochon ou encore cochon domestique, il est resté proche du sanglier avec lequel il peut se croiser.

La femelle adulte est la truie (coche), la jeune femelle élevée pour la reproduction est une cochette, le mâle est le verrat et le jeune cochon (avant le sevrage) s’appelle porcelet, cochonnet, goret (ou cochon de lait dans l’assiette), le jeune porc sevré se nomme nourrain (ou nourrain).

Le terme désigne aussi la viande fournie par cet animal qui est la viande la plus consommée dans le monde alors même que le porc fait l’objet d’un interdit alimentaire dans certaines cultures (dans le judaïsme et l’islam notamment).

La production se concentre dans trois zones : l’Europe (y compris la Russie), l’Asie (notamment la Chine) et l’Amérique du Nord (le Canada – l’un des plus grands producteurs, avec notamment le Québec – et les États-Unis). La Chine avec 46 millions de tonnes (2003) produit presque la moitié du total mondial.

 

 LES DIFFÉRENTES RACES DE PORC

De nombreux éleveurs paysans et producteurs de porc du Cameroun en particulier et d’ailleurs en général ne prennent pas en compte la source de provenance des animaux de leur élevage qui influencent le cycle de production de la viande de porc dans leur localité. En effet ils ne tiennent pas compte de la race de l’animal, souvent même ils ne connaissent pas le sexe de l’animal. C’est pourquoi il leur est difficile de connaitre les caractères génétiques des animaux qu’ils élèvent. Ils leur est donc difficiles de prévoir les performances zootechniques des animaux qu’ils élèvent. Il en résulte aussi de ce désordre que les calendriers d’alimentation, d’abreuvement, de prophylaxies en rapport avec le calendrier des fêtes en fonction des différentes races ne soient pas pris en compte. Toutes ces négligences ont une influence directe très négative sur les rendements donc par conséquent sur les bilans de leur production. Le pire dans cette situation désespérée est que ces paysans ne s’en plaignent pas parce qu’ils pratiquent encore un élevage de simple consommation ou de subsistance. IL est donc indispensable de vulgariser les données informatives nécessaires aux paysans et aux producteurs.En effet pour mener à bien cette activité complexe de production de porc, l’éleveur de porc devrais au préalable maitriser: les différentes races de porcs existantes, leurs caractéristiques, leurs différentes performances zootechniques.

Ce cours constitue une introduction aux préliminaires du cycle de production de la viande de porc, il s’agit ici d’une activité primordiale de l’itinéraire technique de production de la viande de porc.

Il a pour rôle de  ressortir les informations économiques capitales liées à l’activité de choix de la race de porc,  afin d’améliorer le rendement de l’élevage et favoriser un bilan positif pour réussir le cycle de production de la viande de porc.

Nous noterons que cette activité se pratique généralement dans tous les projets d’élevage

Nous pouvons vous assurer que si vous négliger cette étape, vous avez déjà ouverts la voix à l’échec de votre investissement et il ne vous resterait plus qu’à prier. Or faire l’élevage ce n’est pas prier, mais c’est essayer de bien prévoir les bénéfices que nous devrions avoir pour toujours essayer de les améliorer.

 Il existe plus plusieurs races de porc au Cameroun et à travers la planète. Au fil du temps, les variétés des races présentes sur le territoire ont diminué car la plupart des éleveurs ont eu recours à quelques races qui présentaient les caractéristiques adéquates aux exigences des consommateurs, à savoir des animaux qui donnaient une viande qui n’est pas trop grasse. Ainsi aujourd’hui, le paysage des races porcines est séparé en deux catégories bien distinctes. Choisir des verrats ayant des testicules et la verge bien ressortis et bien développés.Des truies avec la vulve normale et possédante au moins 12 tétines. Garder 1 verrat pour 20 truies pour un grand troupeau, un troupeau de truie inférieur ou égal à 20 et supérieur à 5. Deux verrats sont nécessaires.

I.LES RACES CLASSIQUES OU IMPORTÉES

D’une part, on compte les races dites classiques que l’on retrouve en croisement dans la plupart des élevages de porcs modernes. Parmi ces races classiques, on peut citer.

 

1.LA LARGE WHITE OU YORKSHIRE:

Cette race cosmopolite est d’origine anglaise (Royaume-Uni). porc blanc, à corps très robuste à oreilles relevées ou dressées, les animaux ont une robe claire avec peu de poils. Bien adaptée en milieu tropical, bonnes qualités maternelles (bonne mère et bonne laitière): 10 à 13 porcelets voir 14,9 porcelets par portée (à la naissance) pour une moyenne de 24,9 porcelets par truie et par an; 9 à 10 porcelets au sevrage, poids adulte verra et truie : 150 à 250 kg.

 

 NB: elle a de bonnes performances en matière de croissance (un jeune mâle castré peut atteindre les 100 kg en 145 jours) et d’indice de consommation. Ainsi, chez des mâles castrés à l’engraissement, on enregistre un gain moyen quotidien de 944 g par jour et un indice de consommation de 2,691. Le large white produit une viande de très bonne qualité, avec une faible épaisseur de lard (9,9 mm de gras dorsal). Il est indemne du gène de sensibilité à l’halothane.

De plus, c’est un cochon très rustique; aux membres robustes, qui peut s’adapter à des systèmes d’exploitation variés, en plein air comme en bâtiment. Il s’adapte bien aux pays chauds.

Il est essentiellement utilisé en croisement, notamment avec des verrats de la race Landrace pour la production de truies reproductrices hybrides particulièrement appréciées des éleveurs, et avec des truies de race piétrain pour la product ion de verrats terminaux.

 

2. LA LANDRACE:

Originaire du Danemark et de Suède, c’est un porc très répandu en Europe surtout dans les pays Scandinaves ; un porc  blanc au corps allongé et aux oreilles pendantes (tombantes) ousemi pendantes et de grand format. Les animaux ont une robe claire avec peu de poils plus sensible au stress que la large white. Les truies ont de bonnes qualités maternelles: race prolifique de 8 à 12 porcelets à la naissance voir 13,7 porcelets par portée et 24 porcelets par an, 7 à 9 porcelets au sevrage, poids adulte : verrat en truie : 150 à 250 kg. Dans des meilleures conditions d’élevage, les adultes mâles peuvent atteindre 450 kg.

 NB: Ces performances sont proches de celles du large white, race de référence dans ce domaine. Le Landrace français se caractérise aussi par sa précocité sexuelle (on peut la mettre à la reproduction à partir de 8 à 9 mois) et par son excellent comportement maternel. Sa croissance est plutôt bonne et elle fournit une carcasse de qualité moyenne. L’épaisseur de lard dorsal étant de 11,3 mm. Le Landrace est particulièrement bien ancré dans le schéma de croisements pratiqués en élevage intensif. En effet, son croisement avec la racelarge white permet d’obtenir des truieshybrides à la productivité numérique record, et qui constituent le type génétique le plus largement répandu.

 

3. LE PIETRAIN:

 Cette race est originaire de Belgique. Les animaux ont une robe claire tachetée de noir et parfois de roux, les oreilles sont  dressées. Cette race se caractérise par une musculation développée et très bien conformée. Ces animaux produisent une grande quantité de viande par rapport à leur poids. Dans des meilleures conditions d’élevage, les adultes peuvent atteindre260 à 300 kg.

 

Caractéristiques

Taille : Moyenne

Robe : Blanche tachée de noir ou de roux

Prolificité : 10,4 porcelets par portée

NB : Cette race porcine dispose d’une musculature exceptionnelle, hypertrophiée, avec très peu de gras et un excellent rendement en carcasse. C’est d’ailleurs la meilleure race au monde sur le critère du taux de viande maigre : le rendement carcasse de ce porc est de 83 % dont 69 % de viande maigre3. Il a une bonne croissance, légèrement altérée par son faible appétit, et un très bon indice de consommation. Ainsi, un mâle castré à l’engraissement a un gain moyen quotidien de 811 g par jour et un indice de consommation de 2,491. Le piétrain est assez précoce, et a une prolificité modeste de 10,4 porcelets par portée. On rencontre chez cette race une sensibilité au stress d’origine génétique. Celle-ci, qui se manifeste chez les sujets homozygotes pour le gène responsable de cette sensibilité, entraîne deux conséquences :

Le porc de Piétrain est essentiellement utilisé en croisement, notamment avec la race large white, de façon à éliminer ces inconvénients (ce gène est absent chez le large white, et les animaux issus de ce croisement sont donc hétérozygotes et non touchés par ce défaut). Ces qualités de carcasse en font un animal prisé pour fournir des verrats terminaux de race pure ou croisés.

 

4. LE DUROC JERSEY:

Porc marron (rouge brique), très robuste, très prolifiqueest originaire d’Amérique du Nord (Espagne et du Portugal). Les animaux ont une robe rousse brune uniforme. D’aspect rustique, cette race présente un corps allongé, des membres forts et des oreilles tombantes. Ses qualités maternelles sont médiocre : 0 –12 porcelets à la naissance, 7 à 9 porcelets au sevrage, poids adulte : verrat et truite : 250 – 350 kg. Dans des meilleures conditions d’élevage aux États-Unis, la race Duroc manifeste des remarquables performances d’engraissement.

NB: Le Duroc doit essentiellement son succès à ses fortes performances de croissance, qui restent toutefois inférieures à celles du large white, et à la qualité de saviande, plus richement pourvue en gras intramusculaire que celle des autres races, sans que sa carcasse soit trop grasse. C’est une race rustique et robuste, assez résistante au stress. Par contre, ses aptitudes à la reproduction sont très modestes, et il se montre peu productif avec en moyenne 8 à 8,5 porcelets sevrés par portée. C’est en outre une race qui arrive tard à maturité.

Ainsi, ces caractéristiques le classe plutôt dans les races de type « mâle », et on l’utilise dans les croisements visant à obtenir des verrats terminaux.

 

II. LES RACES RUSTIQUES

D’autre part, il demeure au Cameroun des races dites rustiques ou locales qui sont des anciennes races régionales. En voie de disparition, des programmes génétiques devraient être engagés pour pouvoir les sauvegarder. Ces races sont :

 

5. LA RACE BASQUE :

 Cette race est originaire du Pays Basque. Les animaux se  caractérisent par une robe bicolore, un corps trapu et des oreilles tombantes. Elevée en plein air, cette race est adaptée à la marche en montagne et à des conditions climatiques qui peuvent être dures.

NB : Il est court sur membres au corps ramassé et se distingue par sa couleur caractéristique noire et blanche (tête et « cul » sont noirs, le reste du corps étant blanc). Il a des oreilles roses tachetées de noir tombant sur ses yeux.

 

6. LA RACE GASCONNE :

Cette race est originaire de Gascogne dans le Sud Ouest de la  France. Les porcs se caractérisent par une robe noire comprenant beaucoup de poils (soies). Cette race également élevée en plein air est rustique et vigoureuse.

Assez précoce pour une race locale, il est abattu vers l’âge de dix à dix-huit mois. Sa chair ferme et savoureuse a fait la renommée des jambons de Bayonneet autres salaisons du Sud-ouest français.

NB : Les mères donnent des portées de 6 à 8 porcelets en moyenne.

À 15 mois d’âge (date d’abattage), il pèse 150 kg, pour 300 kg à l’âge adulte (individu mâle).

 

 

 

 

 

7. LA RACE CUL NOIR DU LIMOUSIN:

Cette race est originaire du Limousin dans le centre  de la France. Les animaux présentent une robe bicolore claire et noire. La tête, la croupe et les membres postérieurs présentent des parties noires. Les animaux présentent une taille moyenne, un corps trapu et des oreilles à demi-dressées.

 NB: La truie est assez prolifique avec en moyenne 10 porcelets nés totaux par portée. Elle a de bonnes qualités maternelles mais ne possède, en général, que 10 tétines. Deux catégories de charcutiers existent : une où le porc est abattu à partir de 16 mois et 160 kg, l’autre où le porc est abattu à partir de 24 mois et 200 kg. Par ailleurs le porc Cul Noir Limousin a une croissance très faible. Toutefois, sa viande est mûre, persillée et particulièrement savoureuse.

 

 

 

 

8. LA RACE BLANC DE L’OUEST :

Vieille race de tout l’ouest de la France (Bretagne, Pays de la Loire et Normandie), la race Blanc de  l’ouest se caractérise par une robe claire, un grand corps allongé avec des grandes oreilles tombantes.

NB : ces porcs présentaient de très bonnes performances de croissance et d’indice de consommation (croissance de 778 g par jour et indice de consommation de 3,38), proches de celles des porcs large white à la même époque, avec certes une épaisseur de gras dorsal un peu trop importante (18 mm). Les truies sont relativement précoces, pouvant être saillies à l’âge de 6 mois. Elles sont moyennement prolifiques avec en moyenne 8 à 9 porcelets par portée. Par contre elles sont douces et bonnes laitières. Les porcelets sont lourds à la naissance (environ 2kg).

 

 

 

 

9.  LA RACE BAYEUX :

Originaire de haute et basse Normandie, la race Bayeux présente une robe claire tachetée de noir. De grande taille, les animaux ont des oreilles tombantes.

NB: principale qualité : la rusticité, le bon sens commande qu’on l’élève en plein air.

 

 

Le porc de Bayeux est assez prolifique avec 11 porcelets par portée, et a de bonnes qualités maternelles1. Il a par ailleurs une très bonne prolificité, qui égale celle dularge whitedes années 1960 (avant que celui-ci ne soit amélioré par sélection).  Sa chair est de bonne qualité, et parfaitement adaptée à la confection de charcuteries.

 

 

 

 

10.  LA RACE CORSE :     

Originaire de Corse, cette race vient d’être officiellement reconnue du  fait d’un travail de définition des critères permettant de la reconnaître. La couleur de la robe peut varier, plus fréquemment de couleur sombre (brun et noir). De petite taille, le corps est allongé avec des oreilles semi tombantes.

 NB : La race porcine corse présente un format moyen à petit : une femelle adulte pèse 140 à 180 kg et un mâle 200 à 240 kg. Il est capable de subir des périodes de faible disponibilité en ressources naturelles en mobilisant ses réserves corporelles avant de profiter à nouveau de ressources importantes par une croissance compensatrice (période de finition automnale).  Il atteint son poids d’abattage (entre 100 et 130 kg de poids vif) à un âge avancé de 15 à 18 mois, voire 24 mois.

 

 

 

 

11. LA RACE BERKSHIRE :

D’origine anglaise, il est caractérisé par une robe de couleur noire avec 6 points blanc c’est-à-dire au niveau  du groin, de la queue et les 4 pieds.  Ses petites oreilles bien dressées, le groin est court, et front demi concave. De faible prolificité, ses qualités maternelles sont moyennes : Exemple : Bakossi – Porc Extrême-Nord – Porc de l’Ouest : 7 – 9 porcelets à la naissance, 5 – 7 porcelets au sevrage, poidsadulte verra et truie : 150 – 250 kg.

NB: Sa couleur sombre permet d’éviter les coups de soleil et le rend apte à l’élevage en plein air. C’est une race calme et les femelles ont de bonne qualités maternelles:  fertilité, bonne production laitière, (taux de survie élevé et bonne vitesse de croissance) et bonne longévité.

 

 

 

 

12. LA RACE HAMPSHIRE:

D’origine anglaise c’est un porc noir de taille moyenne caractérisé par une ceinture blanche au niveau de la partie antérieure du corps (le thorax.). Ses oreilles sont dressées;  c’est une race très excellentes pour les croisements entre les races. Ses qualités maternelles sont moyennes: 8 – 7 porcelets à la naissance, 5 – 6 porcelets au sevrage, poids adulte: 150 – 200 kg.

NB:Ils sont très appréciés pour la qualité de leur carcasse, leur faible teneur en gras et le fort pourcentage de viande maigre qu’ils présentent.. Du point de vue des qualités maternelles, le Hampshire se montre moins performant. Les truies sont peu prolifiques avec seulement 7,5 à 8 porcelets par portée. Elles sont par contre réputées pour leur longévité. IL pêche également par ses mauvaises performances de croissance.  Le Hampshire est typiquement une race utilisée pour produire des verrats terminaux de race pure ou croisés, du fait de ces très bonnes qualités de carcasse, qui a une très bonne composition (peu de gras et beaucoup de viande maigre).

 

 

 

13. LA RACE LARGE BLACK (CORN WALL) :

C’est un porc de couleur noir, front concave et oreilles tombantes. rustique, précoce. C’est une race à faible effectif en Grande-Bretagne.  Elle a été exportée un peu partout dans le monde.

The breed is also known for its long periods of fertility and strong maternal instincts. Sows give birth to a large litter of 8–10 piglets, but some sows have been known to have litters of up to 13 piglets. Also of note is the Large Black sow listed in the Guinness Book of Records for having produced 26 litters between 1940 and 1952 – the largest number of litters ever recorded for a pig. Boars weigh 700 to 800 pounds (320 to 360 kg) and sows around 600 to 700 pounds (270 to 320 kg), although obesity in sows sometimes results in cystic ovaries and a loss of fertility.  The breed has become larger over the years; in the early 1900s, weights averaged 500 pounds (230 kg) for sows and larger for boars.

At its peak of popularity, the Large Black was used mainly for meat production, especially bacon. The meat from the Large Black is known for its lean quality and flavour without an excess of back fat, but for commercial production it was often crossed with the Yorkshire and Middle White pigs, producing a vigorous hybrid that was well regarded by farmers. However, today commercial processors do not favour the black skin of the purebred Large Black.

 

14. LA RACE POLAND CHINA:

C’est aussi un porc noir avec 6 points blancs et les oreilles sont tombantes.  C’est une race rustique et docile. La truie est moyennement fertile mais sa production laitière est excellente. La race est efficace pour transformer son alimentation en viande. Les jeunes grandissent vite et s’engraissent facilement ; c’est la race qui donne le plus gros poids à un âge donné. Elle donne une carcasse de bonne qualité et de bon rendement, en dépit d’une ossature importante.

 

15. LES RACES LOCALES: produisent en moyenne 4 à 6 porcelets à la mise bas, 4 à 5 petits au sevrage, poids adulte verrat et truie : 40 – 60 kg

16. LES RACES HYBRIDES OU CROISES ENTRE RACES: ont souvent de très bonnes performances reproductrices, de bonnes qualités maternelles, une croissance rapide recommandée en élevage paysan. Poids adulte 250 à 350 kg.

NB : Il existe de nombreuses autres races hybrides à travers le monde, mais qui ne sont pas prédominantes sur le territoire camerounais.

TABLEAU SYNTHESES DE COMPARAISON DES CARCTERISTIQUES RACES AMELIOREES

Races Milieu d’adaptation Description physiques Caractéristiques physiques (courtes et trapues/moins bonnes reproductrice ou long moyen/bonne reproductrice) Performance d’engraissement/ croissance Performance de mise bas Performance laitière (porcelet plus vigoureux ou grandissent plus vite) Performance de sevrages Performance d’indice de consommation Performance de gain moyen quotidien Performance d’épaisseur delard Performance de fécondité Performance de prolificité Performance de bonne laitière Performance de bonne mère Performance de bonne vitesse de croissance et du développement musculaire au détriment de la graisse autres
La Large white ou Yorkshire Bien adaptée en milieu tropical   porc blanc, à corps très robuste à oreillesrelevées ou dressées un jeune mâle castré peut atteindre les 100 kg en 145 jours.

poids adulte verra et truie : 150 à 250 kg.

10 à 13 porcelets voir 14,9 porcelets par portée (à la naissance)   9 à 10 porcelets au sevrage un indice de consommation de 2,691 un gain moyen quotidien de 944 g par jour une faible épaisseur delard(9,9 mm de gras dorsal)   pour une moyenne de 24,9 porcelets par truie et par an bonne mère bonne laitière   Rustique,           Il est essentiellement utilisé en croisement, notamment avec des verrats de la raceLandrace
La Landrace plus sensible au stress que la large white.   blanc au corps allongé et aux oreilles pendantes (tombantes) ousemi pendantes et de grand format poids adulte : verrat en truie : 150 à 250 kg.

Dans des meilleures conditionsd’élevage, les adultes mâles peuvent atteindre 450 kg.

8 à 12 porcelets à la naissance voir 13,7 porcelets par portée   7 à 9 porcelets au sevrage     L’épaisseur de lard dorsal étant de 11,3 mm sa précocité sexuelle (on peut la mettre à la reproduction à partir de 8 à 9 mois) 24 porcelets par an bonnes qualités maternelles bonnes qualités maternelles   son croisement avec la racelarge whitepermet d’obtenir des truieshybridesà la productivité numérique record, et qui constituent le type génétique le plus largement répandu.
Le piétrain une sensibilité au stress d’origine génétique. Les animaux ont une robe claire tachetée de noir et parfois de roux les oreilles sont dressées.

Cette race se caractérise par une musculation développée et très bien conformée

Ces animaux produisent une grande quantité de viande par rapport à leur poids.

Dans des meilleures conditions d’élevage, les adultes peuvent atteindre260 à 300 kg.

10,4 porcelets par portée     un indice de consommation de 2,491 un gain moyen quotidien de 811 g par jour   Ces qualités de carcasse en font un animal prisé pour fournir des verrats terminaux de race pure ou croisés       musculature exceptionnelle, très peu de gras et un excellent rendement en carcasse. C’est d’ailleurs la meilleure race au monde sur le critère du taux de viande maigre : le rendement carcasse de ce porc est de 83 % dont 69 % de viande maigre Le porc de Piétrain est essentiellement utilisé en croisement, notamment avec la racelarge white, de façon à éliminer ces inconvénients
Duroc Jersey   porc marron (rouge brique) très robuste.

cette race présente un corps allongé, des membres forts et des oreilles tombantes.

poids adulte : verrat et truite : 250 – 350 kg.

fortes performances de croissance,

0 –12 porcelets à la naissance               qualités maternelles médiocre qualités maternelles médiocre    

 

¤ N'HÉSITEZ SURTOUT PAS DE PARTAGER LES " INFORMATIONS RENTABLES DE CNOBSF _ LASOURCE _ CM " AVEC TOUTES PERSONNES PHYSIQUES OU MORALES QUI EN SERAIENT TRèS CERTAINEMENT PLUS OU MOINS INTÉRESSÉES ! ¤
fr Français
X
×
error: Content is protected !!
Click to listen highlighted text!