Welcome to © CNOBSF LASOURCE DES INFORMATIONS RENTABLES : COMMERCE NOLIMIT ORIGINAL _ BUSINESS SANS FRONTIèRES _ LA SOURCE DES INFORMATIONS RENTABLES ... ORGANISATION INTERNATIONALE _ PRESTATAIRE DE SERVICES DE CONSEILS PRATIQUES FORMATIONS ET ACCOMPAGNEMENT   Click to listen highlighted text! Welcome to © CNOBSF LASOURCE DES INFORMATIONS RENTABLES : COMMERCE NOLIMIT ORIGINAL _ BUSINESS SANS FRONTIèRES _ LA SOURCE DES INFORMATIONS RENTABLES ... ORGANISATION INTERNATIONALE _ PRESTATAIRE DE SERVICES DE CONSEILS PRATIQUES FORMATIONS ET ACCOMPAGNEMENT

COMMENT CRÉER DES ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUES SUPPLÉMENTAIRES EN INVESTISSANT DANS LA GESTION DURABLE DES PRODUITS FORESTIERS LIGNEUX ET NON LIGNEUX – COMMENT RÉUSSIR SA PRODUCTION ET SA COMMERCIALISATION DES PRODUITS FORESTIERS LIGNEUX ET NON LIGNEUX GRACE A UNE MEILLEURE GESTION DE NOTRE PATRIMOINE FORESTIER

Home / SERVICES / SERVICES AGRO / SYLVO / PISCICO / PASTORAUX / SERVICES AGRO / SYLVO / PISCICO / PASTORAUX / PRODUCTIONS FORESTIERES / SERVICES AGRO / SYLVO / PISCICO / PASTORAUX / PRODUCTIONS FORESTIERES/ FORETS COMMUNAUTAIRES / COMMENT CRÉER DES ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUES SUPPLÉMENTAIRES EN INVESTISSANT DANS LA GESTION DURABLE DES PRODUITS FORESTIERS LIGNEUX ET NON LIGNEUX – COMMENT RÉUSSIR SA PRODUCTION ET SA COMMERCIALISATION DES PRODUITS FORESTIERS LIGNEUX ET NON LIGNEUX GRACE A UNE MEILLEURE GESTION DE NOTRE PATRIMOINE FORESTIER

COMMENT CRÉER DES ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUES SUPPLÉMENTAIRES EN INVESTISSANT DANS LA GESTION DURABLE DES PRODUITS FORESTIERS LIGNEUX ET NON LIGNEUX – COMMENT RÉUSSIR SA PRODUCTION ET SA COMMERCIALISATION DES PRODUITS FORESTIERS LIGNEUX ET NON LIGNEUX GRACE A UNE MEILLEURE GESTION DE NOTRE PATRIMOINE FORESTIER


               

 

I.  GENERALITE

Avec 22 millions d’hectares de forêts, le Cameroun dispose de la deuxième plus grande réserve forestière d’Afrique après le Congo Kinshasa. La réussite de la  préservation de cette grande source de richesses naturelles ne pourrait se faire sans l’implication des populations riveraines,  pour qui la forêt a un rôle non seulement économique, mais également social et culturel.

La gestion des forêts est rendue possible par : La maîtrise de la répartition des forêts ;la maîtrise des ressources forestières, la maîtrise des textes législatifs et réglementaires qui régissent les forêts ; la maîtrise de la rédaction administrative notamment les procédures d’obtention et de renouvellement des certificats annuels d’exploitation (CAE) ; les techniques d’aménagement des forêts ; la gestion des conflits ; la gestion des revenus tirés de l’exploitation des forêts communautaires ; les techniques de négociation des contrats de partenariat et la conception/réalisation des projets de développement communautaire. Les activités de suivi-évaluation, de légalité, devraient donc continuellement être réalisées dans les forêts communautaires en exploitation, afin d’avoir une idée plus précise sur leur fonctionnement, leurs contraintes, leurs atouts et leurs avancées significatives.

Le Certificat de légalité est désormais obligatoire pour tous les opérateurs économiques forestiers : propriétaire d’une forêt communale ; détenteur d’une vente de coupe ; détenteur d’une forêt communautaire ; détenteur d’une autorisation de récupération de bois ou d’une autorisation d’enlèvement de bois ; détenteur d’un permis spécial opérateur dans l’unité de transformation de bois.

 Ces derniers sont dorénavant tenus de justifier de la légalité de leurs activités et des produits qu’ils mettent à la disposition des consommateurs tant sur le marché national que sur le marché international. Le certificat de légalité matérialise ainsi la mise en œuvre de l’Accord de Partenariat volontaire du processus FLEGT. Signé le 06 octobre 2010 entre le Cameroun et l’Union européenne, l’Accord de Partenariat Volontaire a été ratifié le 09 août 2011. Depuis son entrée en vigueur, le processus de mise en œuvre est en cours à travers le développement du SIGIF (Système informatique de Gestion de l’Information Forestière) et les textes d’opérationnalisation. L’arrête N°004IMINFOF du 07 février 2013 fixant les critères et les modalités de délivrance des certificats de légalité dans le cadre du régime d’autorisation FLEGT met de nouvelles obligations à la charge des opérateurs forestiers au Cameroun.


      II. CONTEXTE ET MISE EN ŒUVRE DES FORÊTS COMMUNAUTAIRES

L’évolution des préoccupations du Cameroun et de la communauté internationale par rapport à la gestion durable des écosystèmes forestiers, a amené le gouvernement du Cameroun à revoir son système « traditionnel » d’aménagement des forêts, qui laissait en marge les populations locales qui dépendent entièrement de la forêt dans laquelle elles tirent l’essentiel de leurs ressources.

 

Contexte et enjeu des gestions des forêts au Cameroun et partout ailleurs

 

 

(Zonage) Domaine forestier permanent – forêts classées ou en attente de classement

 

Modèle de mise en œuvre de la gestion des forêts : orientation axé sur les résultats

 

Comparaison des conditions appliquées à divers droits d’exploitation et
aux forêts  communautaires

 

                        III. PRODUITS FORESTIERS LIGNEUX, NON LIGNEUX ET GESTION DURABLE 

La présence en grande quantité de lignine permet de différencier les « produits forestiers ligneux (PFL) » faits de bois, des « produits forestiers non ligneux (PFNL) », qui ne contiennent pas ou peu de lignine. Le bois de chauffage, le bois d’œuvre, le papier et les produits issus du bois de la deuxième transformation (ex.: meubles, charpentes de construction) sont classés dans la catégorie des produits forestiers ligneux. Les autres parties des arbres (l’écorce, les racines, les fruits, les feuilles, etc.), les plantes forestières récoltées pour leurs vertus alimentaires ou pharmaceutiques, les champignons, les animaux récoltés (ex. : escargots) ou chassés pour leur fourrure, pour la viande…sont considérés comme produits forestiers non ligneux. Les produits issus de nos forêts représentent une ressource renouvelable, mais sur une période très étendue. La gestion durable sur le long terme des ressources forestières devient donc inéluctable, à travers un reboisement et une domestication raisonnés.

Influence des ressources forestières sur la biodiversité

Nous ne cesserons de souligner en gras l’importance majeure de la préservation de la biodiversité dans la mise en œuvre de toute stratégie de développement axée sur la gestion durable des différents écosystèmes forestiers. En effet dans la création d’activités génératrices de revenus avec comme matières premières les ressources forestières, il est fortement, voir obligatoirement recommandé de privilégier les investissements dans la mise en place des espaces forestiers privés. Pour cela, le promoteur devrait opter pour l’appropriation par la domestication de ces différents produits forestiers ligneux ou non ligneux qu’il veut mettre en grande quantité sur le marché. Il sera donc non pas un facteur de destruction de la biodiversité mais un opérateur économique responsable de l’environnement.

NB : L’investissement dans la production et la commercialisation de plants des pépinières de plantes, arbustes et arbres forestiers constitue aussi une grande opportunité d’activités génératrices de revenus dans l’accompagnement pour la mise en œuvre des programmes de reboisement, de domestication et de pérennisation des espaces agroforestiers de tout pays.

 

Modèle de mise en place d’un développement durable en foresterie communautaire

 

 

    IV. LA CHAINE DE VALEUR DESPRODUITS LIGNEUX ET NON LIGNEUX

La mise en valeur de la chaîne de valeur des produits forestiers vise à accompagner les riverains des villages forestiers dans l’appropriation des potentialités d’investissement dans les  activités génératrices de revenus dans leurs forêts en général et de leurs forets communautaires en pariculie.

 

Exemples des principales filières pour lesquelles le bois (produits forestiers ligneux) représente la matière première 

 

Exemple d’acteurs de la filière forêt bois (produits forestiers ligneux)

 

Quelques produits forestiers non ligneux commercilisés sue le marché camerounais

Amandes de mangues sauvages (irvingia spp),  Miel, Prunus africana, Gomme arabique,   Njansang,  champignons, produits dérivés du margousier (huile, thé), produits dérivés du baobab (feuilles et fruits), beurre de karité, dattier (feuilles, graines, huile), espèces balaka, koutou, jatrophe, nsanrebe, voacanga, le piment sauvage, Gnetum sp, écorces d’arbres, feuilles et beaucoup d’autres produits forestiers non ligneux utilisés et commercialisés au Cameroun.

LE MIEL

MARCHE DES PRODUITS FORESTIER NON LIGNEUX

LE NJANSANG

LES ECORCES D’ARBRES

LA MYCICULTURE OU LA CULTURE DU CHAMPIGNON

La myciculture (culture des champignons) secteur très rentable, mais encore peu développé au Cameroun à cause de l’absence des champs semenciers suite à la non appropriation de la chaîne de valeur de ce produit par les différents acteurs de la filière.

La sculpture

 

AUTRES

¤ N'HÉSITEZ SURTOUT PAS DE PARTAGER LES " INFORMATIONS RENTABLES DE CNOBSF _ LASOURCE _ CM " AVEC TOUTES PERSONNES PHYSIQUES OU MORALES QUI EN SERAIENT TRèS CERTAINEMENT PLUS OU MOINS INTÉRESSÉES ! ¤
fr Français
X
×
error: Content is protected !!
Click to listen highlighted text!